Les mains sales

Les mains sales

Une coréalisation de

Jani Bellefleur-Kaltush et Julien G. Marcotte

 

Marie est la servante du chirurgien de la région. Son quotidien de servitude est morne et aliénant. La rencontre avec une fillette qu’elle s’imagine être la sienne lui conférera cependant le motif d’entreprendre des actions radicales pour s’en approcher.

Scénario Julien G. Marcotte en collaboration avec Jani Bellefleur-Kaltush

Réalisation Julien G.Marcotte et Jani Bellefleur-Kaltush

Distribution

Soleil Launière, Fred-Eric Salvail, Dorothée Gauthier-Nolett et Geneviève Boivin-Roussy

Production Geneviève Gosselin-G. 

Distribution et ventes internationales Welcome Aboard

Direction de la photographie Nicolas Poitras-Gamache

Direction artistique Rebecca Dory​

Prise de son et perche Devin Ashton-Beaucage

Montage Daniel Brière

Conception sonore Patrice Leblanc

 Facebook Instagram

 

.

Capture d’écran, le 2022-04-07 à 11.26.37.png

JANI BELLEFLEUR-KALTUSH

Originaire de la communauté innue de Nutashkuan, Jani Bellefleur-Kaltush est réalisatrice, artiste, et traductrice. Elle a réalisé plusieurs courts-métrages dont un primé au Festival imagiNATIVE de Toronto. Neka tshika uiten mishkut est présenté en compétition officielle aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), aux Rendez-vous du cinéma québécois à Montréal et au Festival Regard sur le court-métrage au Saguenay. Son dernier film Tshima it (Amen) est sélectionné dans plusieurs festivals. En 2017, elle a participé à une exposition collective au Musée des Beaux-Arts intitulée Kushapetshekan / Kosapitcikan. En 2022, elle fait La Forge - Édition 2022 et est en pleine écriture sur plusieurs projets.

Crédit photo : Miroslav Dufresne

JULIEN G. MARCOTTE

Julien G. Marcotte est un scénariste et réalisateur évoluant à Montréal. Suite à l’obtention d’un baccalauréat en étude cinématographique, il réalise son premier court-métrage — Louise de 9 à 5 (2021). Le film eut sa première mondiale à la 22e édition du festival Off-courts Trouville et sa première canadienne à la 50e édition du Festival du Nouveau Cinéma à Montréal. Sa démarche artistique combine enjeux de société, interprétation historique et conflits interpersonnels.